• image slide site3
  • image slide contrat responsable

Depuis 1948, les étudiants bénéficient d’un régime de protection sociale spécifique qui a subi quelques évolutions en 2018. Bien que les dépenses classiques de santé soient en partie prises en charge par la sécurité sociale étudiante, les frais les plus onéreux sont à la charge des étudiants, pouvant créer un trou dans leur budget. Cet article vous explique comment fonctionne la sécurité sociale étudiante et pourquoi il faut s’assurer en santé quand on est étudiant.

 

Qui a dit qu’on n’était pas sérieux quand on était étudiant ? Certainement pas les premiers concernés qui se trouvent dans un moment charnière de leur vie. Ils gèrent la transition vers la vie adulte en gagnant en autonomie vis-à-vis de leurs parents et découvrant les sujets parfois rébarbatifs tels que l’assurance santé.

Depuis 2018, les étudiants sont automatiquement rattachés au régime général de l’assurance maladie. Ce rattachement permet un remboursement partiel des frais de santé, généralement 70% de la base de remboursement définie par la sécurité sociale. Cette base de remboursement peut être très faible par rapport aux tarifs pratiqués lorsqu’il s’agit de l’optique ou du dentaire, soit quand l’étudiant a besoin de lunettes ou de soins buccaux (caries par exemple). Les étudiants qui portent des lunettes sont déjà bien rompus à la pratique du ticket modérateur (base de remboursement de la sécurité sociale) et comprennent l’intérêt de souscrire à une mutuelle.

De plus, les frais lors d’une hospitalisation peuvent être très importants et se compter en milliers d’euros. Seulement une petite partie est prise en charge par la couverture de l’assurance maladie. Or, les hospitalisations sont rarement prévues ni jamais voulues. Pour se couvrir contre le risque de débourser intégralement des sommes très importantes, il est vivement conseillé aux étudiants de se procurer une complémentaire santé, autrement appelée : une mutuelle.

Enfin, il est fréquent que les étudiants se rendent au moins une fois par an chez le médecin. Le remboursement de la consultation par l’assurance maladie n’est pas non plus intégral.

En somme, tous les étudiants ont intérêt à se prémunir contre des risques qu’ils ne maitrisent pas. Souscrire à une mutuelle c’est s’éviter d’être vulnérable si quelque chose arrive. Toutefois, il n’est pas nécessaire de souscrire à des garanties qui ne seront jamais utilisées comme l’optique si la vue est bonne. Chaque étudiant a des besoins très spécifiques en termes de santé et les équipes de la MMC sont à leur écoute pour les aiguiller vers le meilleur contrat, celui qui leur permettra de se couvrir au mieux et de payer le moins possible.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.

J'accepte les cookies de ce site.